Brindejonc des Moulinais

1892 — 1916

Premier tour d’Europe aérien

Marcel Brindejonc-des-Moulinais est né le 8 février 1892 à Plérin (Côtes d’Armor).

Il a obtenu son brevet de pilote le 23 mars 1911 (brevet n°448) à Issy-les-Moulineaux sur Demoiselle.

Le 15 juillet, il s’écrasait et se blessait assez sérieusement.

Rétabli, il prenait alors part à plusieurs meetings dans le sud de la France, et se faisait connaître en juin 1912, en s’alignant au Circuit d’Anjou aux commandes d’un Morane 80 HP et en tenant tête à Roland Garros, la grande vedette du moment, qui volait sur Blériot 50 HP.

La même année, il effectua son premier long voyage aérien en reliant Saragosse-Barcelone-Perpignan-Montélimar-Lyon-Auxerre-Villacoublay en onze jours.

Brindejonc des Moulinais au départ.

Il a gagné une notorité définitive en juin 1913 en réalisant un circuit des capitales, véritable tour d’Europe de 5000 km jusqu’à Saint-Petersbourg (Russie). La Coupe Pommery (organisée par les Champagne du même nom), récompensait le pilote ayant effectué chaque semestre le plus long trajet, du lever du soleil au coucher du soleil du jour suivant.

Au retour de son raid, il a reçu la Légion d’honneur. Il n’avait que 21 ans, ce qui en faisait le plus jeune décoré de cet ordre.

Le 20 août 1913, il reliait Marseille à Dinard et se posait sur la plage de Val André.

Brindejonc sur la plage de Val-André en août 1913

Le 8 octobre 1913, il a passé le brevet de pilote militaire (n°394), ce qui lui a permis d’effectuer son service militaire dans l’aviation.

Il a été appelé le 10 octobre au 1er Groupe Aéronautique à Versailles.

Le 26 août, il est passé au 1er Groupe d’aérostiers et a suivi le peloton des élèves caporaux. Il en est sorti gradé le 10 avril, date à laquelle il a rejoint le 2e Groupe d’aviation à Lyon.

A la déclaration de guerre d’août 1914, il était affecté à l’escadrille DO-22 nouvellement créée à Stenay (Meuse), équipée d’avions Dorand, mais dès le 20 août, il passait sur Maurice-Farman.

Ses reconnaissances lui valurent une première citation à l’ordre de l’Armée le 27 août 1914.

Brindejonc, caporal à la DO-22 en 1914

Début septembre, il a pris part à la bataille de la Marne.

Il a été promu sous-lieutenant le 25 décembre 1914.

Le 30 mars 1915, il s’essaya à la chasse aérienne en tirant quelques cartouches sur un appareil allemand, mais en vain.

Début juin, il était évacué sur Nantes puis Saint-Malo, à la suite d’ennuis de santé, puis en août, il était désigné comme chef pilote de l’école Morane au Bourget.

Le 30 mai 1916, il rejoignait l’escadrille de chasse N-23 (équipée de monoplaces Nieuport et Morane), près de Verdun.

Le 30 juillet, il attaqua deux Fokker E et abattit l’un d’eux en compagnie de l’adjudant Lenoir, dont c’était la sixième victoire.

Mais le 18 août 1916, son avion s’est écrasé près de Vadelaincourt (Meuse) après avoir été touché par un tir d’artillerie.

Depuis 1922, son corps repose au cimetière de Pleurtuit (Ille-et-Vilaine).

Son nom a été donné en à l’aérodrome de Dinard-Pleurtuit.

Bibliographie

Roger Laouenan Un Breton défricheur du ciel, dans Dalc’hop Sonj n°25, 1985.

Thierry Le Roy Les Bretons et l’aéronautique des origines à 1939, PUR, Rennes, 2002.

J.G. Brindejoncs-des-Moulinais, dans Pionniers n°111, janvier 1992.